vendredi 26 février 2016

Nos jeunes doivent prendre leur place mais nous devons aussi leur faire de la place

Que nous soyons enfants, adolescents, jeunes, jeunes adultes, ou adultes au milieu ou en fin de vie, nous sommes tous différents, avec des goûts variés, des tempéraments parfois semblables mais néanmoins uniques....

À voir les défis de la jeunesse d'aujourd'hui et en pensant à quoi faire pour les aider, il ne faut pas nous leurrer... il ne peut y avoir qu'une seule solution.

Voyez ces jeunes qui risquent leur peau à chercher la maîtrise d'une planche à roulette... ou ces autres qui grimpent sur des toits d'église ou d'autres immeubles... ou qui encore cherchent à reproduire les pub de voitures en traçant des cercles sur la glace d'un parc ou d'un stationnement avec leur voiture... ou ces autres qui explorent les expériences intenses moyennant l'alcool, la drogue, ou le sexe....

Je ne suis pas de ceux ou celles qui seraient prompt à formuler des jugements... au contraire il me semble que ces jeunes sont comme nous tous et, d'une certaine façon, tels que le Bon Dieu les a créés. Ces beaux garçons, ces belles filles sont en quête d'un idéal à la mesure de leur désir de vivre à plein, à la mesure de leur passion pour la vie, à la mesure de leur douleur face aux scandales de leur monde, de notre monde, tout près aussi bien qu'au loin.

Je suis reconnaissant à mes parents défunts pour l'audace qui les emmena à devenir cultivateurs au début de leur quarantaine alors que ma sœur et moi avions 10 et 16 ans. Étant la fille, ce changement ne fut pas de tout repos pour elle, mais pour moi, le défi de taille d'avoir tout à apprendre de cette nouvelle vie fut équilibré ou répondu par l'immense opportunité d'apprendre plein de choses, de voir ce que je pourrais faire, d'acquérir de nouvelles habilités.... 

Aux "grandes guerres" du siècle dernier pourquoi les jeunes s'enrôlaient-ils volontiers au début? Ce fut pour beaucoup d'entre eux la grande aventure vers un idéal de taille: lutter pour la paix, pour stopper la violence et la terreur. Une voie possible pour y répondre s'ouvrait à eux et à elles....

Nous les aînés devons travailler ensemble pour faire tout notre possible pour permettre aux voies de s'ouvrir aux jeunes... aux rebelles aussi bien qu'aux idéalistes, aux généreuses comme aux entrepreneures... mais surtout nous devons être vigilants pour prendre garde de ne pas leur fermer les portes ou leur mettre trop d'obstacles dans leur route.

Je suis d'accord que les jeunes doivent aussi faire leur part et ne pas attendre que tout leur soit offert "rôti dans le bec" comme mes parents me répétaient.... Déjà au Canada comme ailleurs il y a des jeunes de 10 ans même qui partent des mouvements pour changer le monde, un petit brin à la fois.... Aller voir le phénomène "We Day" au Canada anglais....

Surtout, prions tous ensemble, plus jeunes et plus vieux et vieilles, au Bon Dieu de bien nous ouvrir les yeux, les oreilles, la pensée, l'esprit, et le coeur.... Faisons miséricorde envers toutes et tous en ce Jubilé de la Miséricorde.... Ô mon Jésus, j'ai confiance en Toi!

1 commentaire:

  1. Thank you Fr. Surprenant for this interesting article. I particularly appreciated your vision for the world, where the youth and the adults work together; each calling the other to responsibility.

    RépondreEffacer